Je rêve de jambes légères!

Vous souffrez de jambes lourdes, gonflées?

Vos chevilles et mollets sont douloureux?

Vous voyez apparaitre des varices?


Connaissez-vous le signe du godet?

Vous maintenez 10 secondes votre doigt sur votre tybia et lorsque vous relâcher, voyez si une marque apparait. Si ce test est positif, cela signe un phénomène inflammatoire. 4 signes de l’inflammation :

Chaleur Rougeur

Douleur

Œdème











Zoom sur la « circulation de retour » des liquides corporels : Le « système retour » est composé du système veineux et lymphatique. On parle de retour car les liquides reviennent des tissus et organes vers le cœur et les poumons pour être épurés, filtrés, avant de repartir irriguer tissus et organes. Le sang se charge d’oxygène, grâce à l’appareil pulmonaire, et le transporte aux tissus et organes (sang rouge), et par le retour veineux, il se charge de dioxyde de carbone qu’il ramène aux poumons pour l’évacuer par le phénomène de l’expiration (sang bleu).






























Le système lymphatique est un système dit « de retour », parallèle au système veineux, très proche, qui se charge de transporter de grosses molécules toxiniques, filtrées des tissus, ainsi que les globules blancs (système immunitaire) chargé de phagocyter (manger) les molécules pathogènes. Il ramène les déchets des organes au système sanguin où il se jète dans les veines sous clavière droite et gauche, afin que les déchets puissent être traités par le sang, et évacués par les émonctoires (portes de sortie des toxines : couple foie/intestin, reins, peau, poumons, utérus/vagin). La lymphe circule très lentement par rapport au volume sanguin.

Elle est peu aidée dans son parcours et lutte

contre la gravité terrestre.


Pour comprendre les phénomènes qui peuvent expliquer les symptômes des jambes douloureuses, gonflées, ou parcourues de « toiles d’araignée rouges ou bleues», ainsi que les options d’amélioration et de soin pour un retour à l’équilibre, voici ce qu’il faut savoir : Le cœur sert de pompe au sang et il expire le sang artériel par la pression qu’il exerce (pression systolique) et aspire le sang veineux grâce à sa pression diastolique. Il est une pompe primordiale pour le flux sanguin.


La respiration pulmonaire et le mouvement du diaphragme, joue un rôle moteur essentiel. La dépression de l’abdomen à chaque inspiration, aspire le sang veineux et l’aide à remonter au cœur.


La plante des pieds et sa semelle de Lejars, est une véritable pompe qui éjecte le sang des veines de la jambe vers une remontée au cœur. Cette semelle agit comme un moteur, à condition d’être mobilisée.



La musculature squelettique agit aussi comme un petit moteur grâce aux muscles qui compressent les vaisseaux lorsqu’ils se contractent et se mobilisent dans l’action de la marche, ou autre action qui les mets en mouvement. Bouger, bouger, Mesdames !




Le tissu veineux est formé de valvules en « doigts de gants » qui s’enchevêtrent et qui permettent au liquide de ne pas retomber, au fil de son parcours. Ces valvules et ces tissus doivent bénéficier d’une bonne élasticité et tonicité pour être efficaces. Elles sont le plus nombreuses au niveau des mollets.




Le système lymphatique, à proximité du retour veineux, bénéficie des mêmes moteurs et pompes que le système sanguin, mais un peu moins puissamment. Il est équipé lui aussi de valvules en « doigts de gants » pour éviter le retour du liquide avec l’apesanteur. Après avoir passé en revue les facteurs physiologiques qui permettent la circulation de retour, on peut envisager déjà des pistes pour la compréhension des phénomènes de gènes liés à vos jambes?

Lorsque le tissu des veines, la tonicité des valvules n’est plus assez dense, le sang redescend aux pieds et il distend les parois veineuses. Le sang est un tissus liquide qui contient majoritairement de l’eau issue du plasma (ainsi que des plaquettes sanguines, des globules rouges et blancs). Cette eau arrive à sortir des veines pour s’imprégner dans les tissus environnants, provoquant le gonflement des chevilles et mollets. On obtient un œdème et une inflammation soit aigue, soit chronique lorsqu’elle s’installe dans le temps. En effet, le corps cherche à réparer ce phénomène de porosité des veines et il enclenche un processus inflammatoire servant de « signe d’alerte » à l’organisme. Ce processus se distingue par des rougeurs, de la chaleur, voir des démangeaisons ou des douleurs. Lorsque les valvules deviennent moins étanches, une partie du sang qui devrait au remonter au cœur reste au niveau des chevilles et mollets et provoque des varices (toile d’araignée rouge ou bleue dessinées sur vos jambes). C’est un phénomène inflammatoire par manque de tonicité des valvules.


Alors que faire ? Parer au ralentissement de la circulation de retour ! Parmi les facteurs qui ralentissent le retour veineux et lymphatique, il y la charge toxémique. Plus le sang est chargé de toxines (que le foie est amené à filtrer) et plus la lymphe véhicule des déchets organiques, moins la circulation se fera fluide et légère. A l’inverse, des humeurs « pures », faciliteront le retour veineux et lymphatique. Alors notre ami le foie intervient car l’une de ses fonctions est bien de filtrer le sang, pour le décharger de ses déchets. Selon votre

« capacité hépatique », il peut y avoir une incidence sur les phénomènes inflammatoires et les symptômes subits par vos jambes.

Les personnes sédentaires, par manque de mobilité et d’activation de leur squelette et de leurs muscles, ainsi que de la semelle de Lejars, seront plus fragiles face à ces phénomènes.

Un autre phénomène inflammatoire au niveau cardio-vasculaire appelé artériosclérose, provoque une rigidité des veines, entraine un manque de souplesse des tissus sanguins et peut ralentir la pompe veineuse : on parle d’insuffisance veineuse.

L’hypertension artérielle peut elle aussi avoir un retentissement sur les jambes. La tension forte et anormale qui anime la pression veineuse, vient compresser les veines en excès et favorise la sortie de l’eau contenu dans le sang (95%) vers les tissus environnants provoquant œdème, et inflammation.


Le port de chaussures à haut talon, empêche l’action de la semelle de Lejars ; cette petite pompe naturelle sous votre plante des pieds qui s’active à partir du 7ème pas seulement. La position du pied sur sa pointe n’active pas suffisamment la pompe et ne facilite pas la remontée du sang et de la lymphe. La position debout, statique, la position assise, les jambes croisées, le piétinement, non plus, ne permettent pas d’activer la semelle de Lejars. Le port de pantalon très serré, la chaleur subie par vos jambes, dilate les vaisseaux sanguins et lymphatiques, les distendent et ralentissent la remontée des liquides vers le cœur. Une insuffisance respiratoire, un mouvement du diaphragme trop court ralenti aussi la pompe cardio- pulmonaire. Le diaphragme joue un rôle moteur essentiel. En position assise ou allongée, vous pouvez adopter une respiration profonde, avec le ventre, pour activer la circulation de retour. Le bol d’air Jacquet est aussi un secours pour les sous-respirateurs. Votre alimentation doit être suffisamment riche en protéines, car un manque de protéines dans le plasma sanguin et lymphatique, entraine la fuite du plasma (donc de l’eau) vers les tissus dont le milieu est plus concentré, et peut provoquer un œdème. Une surconsommation de sel provoque aussi une rétention d’eau dans les tissus. Enfin un déséquilibre hormonal entre oestrogènes et progestérone engendre la rétention d’eau. Ce déséquilibre peut être provoqué par la ménopause et la pillule contraceptive, par exemple.


Alors pour favoriser cette circulation de retour, il existe des plantes « veinotoniques » qui luttent contre la perméabilité des parois veineuses, mais ne résolvent pas le phénomène d’inflammation. Elles peuvent être d’un premier secours. Il faut drainer l’organisme et chasser les toxines vers les émonctoires, tonifier les tissus et désenflammer les parois veineuses.


Drainer l’organisme avec par exemple : le drainage lymphatique manuel, des plantes circulatoires et dépuratives le jeûne sec une alimentation hypotoxique de l’exercice et de la marche.

27 vues
  • Facebook
  • LinkedIn Social Icône
  • YouTube
  • Instagram